Les inconforts de la pratique

By août 11, 2015Blog

     Savoir se libérer par l’entremise de la pratique du yoga et de la méditation permet de laisser mourir plusieurs concepts, plusieurs violences, plusieurs amours tout en apprivoisant le pardon et en acceptant notre personne dans sa globalité. Un processus où la pratique se vit à chaque souffle, et où la pleine conscience s’accroît à chaque asana et à chaque pas.

    Lorsque j’ai débuté le yoga en 1996, je me suis retrouvée « stone » avec des exercices du souffle et par la suite blessée par une enseignante qui semblait vouloir créer une belle posture avec mon corps meurtri par des années de violence où la confiance envers autrui était très mince, voir pratiquement nulle. J’ai rapidement compris que peu importe le genre de yoga, incluant tout ce qui enveloppe et l’enseignant, je devais approcher le tout avec douceur et présence d’esprit. Comment faire lorsque des années de violence, de stress chronique et de blessures habitent chaque cellule de son corps?

    Après 15 ans de pratique assidue, j’ai progressivement compris comment entreprendre la relation avec son véhicule, soit à lui parler, à l’écouter et à l’orienter vers une sensation de bien-être et d’ouverture. Créer de l’espace physiquement et mentalement est une question de douceur. Tout est dans l’approche. Que la pratique soit yang, solaire, active, passive, yin, … Savoir communiquer avec soi-même tout en se sentant supporté avec neutralité et amour par sa pratique est certainement un art qui se cultive au quotidien.

     Mes pratiques d’hatha, soit la forme physique du yoga, alliées à une bonne pratique méditative de la pleine conscience et à la pratique de l’amour inconditionnel, sattvic, m’ont permis d’échanger avec mes inconforts physiques de l’intérieur vers l’extérieur avec confiance, au quotidien, sur mon tapis comme dans la vie, tout en cultivant l’amour inconditionnel et le pardon avec humilité. Les pratiques du yoga et de la méditation restent encore les meilleures enseignantes que j’ai trouvées jusqu’à présent.

     L’observation de grands moments de stillness, où nous devenons le témoin de la vie Divine créatrice, m’a permis de me libérer de maux et de mots qui me limitaient. Ce pourquoi aujourd’hui je définis ma pratique biodynamique, soit intensément douce et libératrice. Je suis convaincue que même si on a peur de plonger, nous sommes en quelques part tous intenses. Il est certainement plus agréable d’accueillir les inconforts de la pratique avec douceur, support et attention continue; seul et/ou en groupe.

Source d’inspiration:

« La source permet aux rivières de couler. Elle ne se fatigue jamais et ne cesse jamais de couler. Que la rivière de ma vie coule dans l’océan d’amour, qui est tout. » – Rig Veda

Mantra :

« J’ai besoin d’accepter tout mon être afin d’ouvrir mon cœur; sentir mes peurs et laisser couler mes larmes, pour ainsi me libérer et me préparer à un nouveau départ. »

Join the discussion 769 Comments